Le choc des titans

Ce samedi, la première demi-finale oppose deux doubles champions du monde. La Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud se retrouvent pour une quatrième fois en coupe du monde.

nzafs

La Nouvelle-Zélande a impressionné en quart de finale contre la France et s’avance en favorite de sa demi-finale. Seul Crockett, blessé, manque à l’appel, il est remplacé dans le XV de départ par le pilier Joe Moody. Les All Blacks visent une deuxième finale consécutive ce qui leur offrirait le record de victoires consécutives en coupe du monde. Ils n’ont plus connu la défaite depuis le lancement de leur mondial en 2011 (12 victoires). Pour y parvenir, il faudra résister à la puissance sud-africaine. La défense néo-zélandaise est des plus redoutables avec 86,7% de plaquages réussis. Disciplinée et très physique au centre du terrain, elle a les qualités pour mettre à défaut l’attaque Springbok.

 

Historiquement, avantage Springboksvictor

Sur les trois précédentes rencontres en coupe du monde, l’Afrique du Sud s’est imposée par 2 fois (1995-1999). Après s’être rencontrées en finale, petite finale et en quart de finale (2003, victoire de la Nouvelle-Zélande), c’est une première en demi-finale. Heyneke Meyer n’a procédé à aucun changement parmi ses titulaires, seul l’expérimenté Victor Matfield rentre dans le groupe et prend place sur le banc. Les Springboks qui ont connu une compétition plus mouvementée que les All Blacks peuvent les surprendre. Les Néo-zélandais ont été bousculés que sur leur premier match contre l’Argentine. En quart de finale, ils n’ont pas eu le temps de sentir la pression de l’élimination, au contraire des Sud-africains. Mais la fraicheur physique est clairement en défaveur des Springboks avec des temps de jeu considérables comme Bryan Habana qui n’a manqué aucune minute du mondial (400/400).

 

Habana-Savea plus fort que Lomu

Les ailiers peuvent entrer dans l’histoire du trophée Webb Ellis dans ce match. Bryan Habana et Julian Savea qui ont déjà rejoint Jonah Lomu tenteront de le dépasser. Le Springbok pour devenir le meilleur marqueur d’essai dans l’histoire et le All Black celui sur une édition de la coupe du monde. Le duel de puissance entre Damian De Allende et Ma’a Nonu est à surveiller de près. Le Sud-africain est l’arme fatale de son équipe. Il est le joueur qui a battu le plus de défenseur dans ce mondial (21) en seulement 260 minutes de jeu. En deuxième ligne, c’est une bataille pour le titre honorifique de meilleure paire du monde qui aura lieu, Etzebeth et de Jaeger opposés à Whitelock et Retallick.

 

XV de depart de la Nouvelle-Zélande : B. Smith – Milner-Skudder, C. Smith, Nonu, Savea – (o) Carter, (m) A. Smith – McCaw (cap), Read, Kaino ; Whitelock, Retallick – O. Francks, Coles, Moody.

Remplaçants : Mealamu, B. Francks, Faumuina, Vito, Cane, Kerr-Barlow, Barrett, Williams.

 

XV de depart de l’Afrique du Sud : Le Roux – Pietersen, Kriel, De Allende, Habana – (o) Pollard, (m) du Preez (cap) – Burger, Vermeulen, Louw – de Jager, Etzebeth – Malherbe, B. du Plessis, Mtawarira.

Remplaçants: Strauss, Nyakane, J. du Plessis, Matfield, Alberts, Pienaar, Lambie, Serfontein.

 

CATEGORIES
Share This